Lionel Jospin avait mis en plaçe le fichier nationale automatisé des empreintes génétiques (F.N.A.E.G) pour recueillir l'ADN des délinquants sexuels jugés coupables. La loi du 18 mars 2003, sur la sécurité intérieure, a étendu le prélévement ADN à l'intégralité des personnes ayant affaire avec la police (coupables comme suspects). 107 sortes de delits sont concernés (manif, vol à la tire, tags...) à l'exception du délit..... financier bien sur, étonnant non?