Entre 1983 et 2006, la part des salaires a chuté de 9,3% dans le PIB français. Comme l'écrit François Ruffin, dans son livre "la guerre des classes",ces 9,3% devraient par le gigantisme des sommes, s'installer au coeur du débat. Toute la contestation des réformes en cours pourrait s'appuyer sur ces 9,3%. Le PIB de la france, s'éléve aujourd'hui à prés de 1800 milliards E. De ce fait, c'est une fourchette qui va de 120 à 170 milliards qui ont glissés du travail vers le capital grace à la politique économique de nos gouvernements successifs depuis 1983.

dans le documentaire "le chomage à une histoire" tout ce glissement y est détaillé, sous Mitterand par exemple deux "petites décisions" ont oeuvrées en ce sens: L'arret de l'indexation des salaires sur les prix en 1982 et surtout la plus connue en 1986 qui a changeait la face économique de la France: la suppression de "l'autorisation administrative de licenciement" qui empêchait les patrons de virer quand ils voulaient!

source:FMI et "la guerre des classes" de François ruffin